Un nouveau masque anti-Covid intelligent et performant sera bientôt sur le marché. Le S-Mask est un masque anti-Covid intelligent développé par un jeune entrepreneur Burkinabè dans le but de freiner la propagation du Coronavirus. 

Le port de masque anti-Covid : un mal nécessaire 

La crise sanitaire du coronavirus a causé depuis son avènement des millions de morts de par le monde entier. C’est un virus qui se propage principalement par voie respiratoire. Dans un premier temps, l’OMS a mis en place des mesures barrières pour se protéger et éviter la propagation du virus. C’est ainsi que les masques classiques anti-Covid ont été mis au point par les scientifiques en collaboration avec l’industrie du textile pour limiter la propagation du virus. Pour l’instant, aucune solution pertinente n’a été proposée par la technologie pour sauver la vie des citoyens. 

Un  masque intelligent à adopter

C’est en Afrique, que le premier exemplaire du Masque anti-Covid intelligent voit le jour. En effet, le S-Mask est une invention Burkinabaise  qui allie technologie et santé. Il est doté de capteurs électroniques qui permettent à son utilisateur d’afficher sur son smartphone une liste de variables sanitaires qui le renseigne sur son état de santé. Via l’application mobile, vous avez accès à votre rythme cardiaque ainsi qu’à votre rythme cardiaque. Elle croise les données reçues sur votre état de santé par le masque et vous donne une idée de votre état de santé. La merveilleuse option de ce gadget est qu’il vous alerte lorsque vous vous aventurez dans une zone où la pandémie sévit. 

En  dehors des avantages technologiques, c’est un outil très confortable doté d’un filtre coton que vous pouvez remplacer à volonté. Par conséquent, vous pouvez respirer de l’air pur et frais. 

Un masque qui ne lutte pas que contre le coronavirus

L’équipe d’inventeur dirigé par Thierry KOPIA, estime que ce masque est aussi efficace contre l’infiltration des particules de poussières, des gaz toxiques et toutes autres maladies pouvant être transmises par le biais de l’air que nous respirons. Cette invention est une initiative à saluer et qui doit être accompagnée par l’OMS.